Actualités

Le collectif

Dossiers

 

 

PicoSearch


Site Search by PicoSearch. Help

La vérité sur les projets autoroutiers du sud des Yvelines

A12 est le dernier verrou à faire sauter avant le maillage intégral du sud des Yvelines.

Voici une phrase qui commence à se propager dans notre département. Toutefois, parfois, certains sceptiques, et leur incrédulité est tout à leur honneur, doutent de notre vision:
On ne vous croit pas, d'où tenez vous ces informations?

Nous vous livrons dans ce document un certain nombre de nos sources. Certaines sont (encore) publiées sur les sites gouvernementaux. Vérifiez vous même.

A12: Une autoroute issue du Plan Prost

Du nom d'Henri Prost (1874-1959), urbaniste de profession, ce fut un des premiers plans d'urbanisme d'Ile de France (1934).
Henri Prost, ce Hausmann de la banlieue, visionnaire, avait imaginé une grande rocade autoroutière qui ressemble à s'y méprendre à l'A104.

La carte ci-jointe est issue du numéro spécial "Paris" daté du 28 mai 1938 et édité par l'Illustration. Dans le texte accompagnant, on peut notamment lire (avec un certain amusement) le paragraphe suivant au sujet du triangle de Rocquencourt:
"L'embranchement a été particulièrement étudié. Dans sa conception se manifeste le souci d'allier le beau à l'utile. Un travail d'art qui dans sa sobriété a de la noblesse et de la grandeur permet aux courants de circulation de bifurquer sans se recouper. Un signal de pierre sculptée dominera ce noeud de routes et marquera sa signification. Du point de vue où nous nous plaçons ici - celui du développement pacifique d'une capitale moderne - l'autoroute de l'Ouest offrira aux Parisiens un grand avantage en rendant plus prompt et plus facile l'accès de la forêt de Rambouillet"

L'autoroute A12 fut une des premières autoroutes réalisées en France.


A12, un prolongement prévu en 1965

Le projet de villes nouvelles en Ile de de Fance démarre en 1965 lors de l'établissement du Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région de Paris (SDAURP) par Paul Delouvrier.

C'est à cette occasion que l'on trouve le premier tracé de prolongement de l'A12.

On remarque qu'il passe par Montigny-le-Bretonneux, alors que cette agglomération n'était qu'un village et qu'aucune résidence n'était construite à proximité de l'emprise.
Puis il longe le bois de Trappes, enfin au niveau de la Verrière, vient se reconnecter à la N10.

Depuis, une ville nouvelle s'est créée, 150.000 habitants sont venus s'installer sur le plateau, les espaces naturels sont devenus rares, et le vieux tracé de 1965 passe le long de nombreuses résidences, construites depuis.
La vieillesse de ce projet est-elle un argument pour persister à vouloir le faire?


SDAURIF 1976 horizon 2000

Cette carte remonte à 1976: Le maillage autoroutier prévu pour

  • L'autoroute de la vallée de la Mauldre (devenue ensuite A88)
  • l'A12 qui passe maintenant par le Pommeret (c'est nouveau, les pressions politiques ont fait leur chemin)
  • La R12 terminée
  • la G12 qui est maintenant A86
  • la F12 qui traverse Montigny et dont l'épaisseur du trait rouge (égale à celle de l'actuel tronçon A12) trahit l'objectif: Assurer une voie de transit entre Rocquencourt (A12/A13) et le Christ de Saclay (F18).

    Il y a finalement peu de différences avec ce que nous craignons aujourd'hui:
  • La B12 au dessus des étangs de la Minière n'apparaît pas, car il est plus récent (voir plus bas)
  • l'A87 entre la F12 et l'A86/G12 (passant par Toussus et Buc) a maintenant définitivement disparu (remplacée par la B12 justement)
  • La RD36 n'apparaît pas car la F12 était le principal axe est-ouest de la ville nouvelle


  • SDAURIF 1985: Les choses se précisent

    Voici une carte encore plus proche de ce que nous redoutons.
    Il s'agit de la carte n°3: Infrastructures routières horizon 2000 du Schéma Directeur d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région Ile-de-France (SDAURIF), modifié par décret 16 mai 1984.

    Les choses n'ont pas beaucoup évolué depuis 20 ans, sauf :

  • la décision de construire les deux tunnels à péage A86 ouest par Cofiroute.
  • la R12 qui, reste curieusement inachevée... Mais pour combien de temps encore ?


  • 2005: La Direction des Routes présente la fin du bouclage de l'A 104 par Guyancourt

    Le site du ministère de l'équipement propose un plan des grandes infrastructures routières en Ile de de France en date de Février 2005.
    Dans cette version de la grande rocade, l'ex B12, l'A12 et une partie de l'A13 deviennent un maillon de l'A 104.
    C'est une solution pour terminer rapidement le bouclage, mais un peu rapide. En effet, l'accès au tunnel A86 par l'A12 à quelques dizaines de mètres du triangle de Rocquencourt provoquera immanquablement un véritable cauchemar d'embouteillages.
    Si l'on ajoute à cela le trafic en provenance des A10 et A11 par le prolongement de l'A12 (en pointillé sur ce plan), Il est évident que ça ne passera pas.
    Quelle solution trouvera la DDE ? Probablement un détournement du trafic de l'A104 vers la RD30, entre Plaisir et Orgeval (projet déjà dans les cartons).

    Autre détail intéressant, les noms des sociétés à qui sont concédés les tronçons. On voit bien l'A10 COFIROUTE et les tunnels COFIROUTE. Il ne manque plus que le prolongement de l'A12 pour joindre les deux bouts.

    En savoir plus... http://www.route.equipement.gouv.fr/RoutesEnFrance/route/p1/GIR_idf.pdf


    Les projets de la DDE des Yvelines

    La carte du schéma directeur de 2004 montre clairement les projets "acquis" par la DDE:

  • Elargissement de l'A86 (en cours de réalisation)
  • La liaison B12 qui prend le nom de... A 104 (le bouclage de l'A104 passerait donc bien par la N12)
  • Le prolongement de l'A12 suivi, à partir des Essarts, de l'élargissement de la RN10, devant Rambouillet et jusqu'à l'A11 puis l'A10 (RN191 en cours d'élargissement en 2x2 voies)
  • La voie nouvelle de la vallée de la Mauldre, entre A13 et N12, puis entre N12 et A12

    En savoir plus... http://www.yvelines.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=118


  • Tunnel A86

    2006-10-25

    Lorsque l'on consulte le site officiel de Cofiroute sur le tunnel A86, on découvre un projet parfaitement jalonné par des dates.

    Autant le tunnel "EST", interdit aux camions et aux motos, reliant le pont Colbert (sud de Versailles) à Rueil est planifié avec précision, autant le tunnel "OUEST", prévu pour les camions, entre l'actuelle A12 et Rueil est simplement évoqué: "Mise en service du tunnel entre Rueil-Malmaison à l'A12 prévue ultérieurement"...
    Les travaux n'ont même pas commencé.

    On peut supposer que si le prolongement de l'A12 est abandonné, ce tunnel à usage de transit de poids lourds sera probablement aussi abandonné... Et on ne peut que le souhaiter, lorsque l'on repense aux catastrophes des tunnels du Mont Blanc et du Fréjus.

    En savoir plus... http://www.a86ouest.com/a86ouest/t_3c.htm


    Conclusion

    Non, on ne rêve pas, ces tracés ont bien tous été inscrits à un moment où à un autre. La continuité au cours des 40 dernières années montre bien que le danger du maillage autoroutier est bien là.

    Nous n'avons rien inventé. Nous avons simplement consulté des documents officiels, et compris quelle stratégie ils suivaient.

    Tout est logique, on a presque envie d'applaudir un si beau projet... Si ce n'est qu'il s'agit de notre environnement, de notre territoire.

    Nous ne voulons pas que le sud des Yvelines devienne un vaste parc autoroutier trans-européen.

    Certes, il y a les enjeux de développement économique, mais ce développement doit respecter les contraintes liées à la pollution, à la santé publique, à l'épuisement des carburants fossiles, à une économie du tout pétrole lourdement remise en question, et au respect de l'environnement.

    Des solutions existent, autres que de construire de nouvelles infrastructures routières :

  • développement des transports en commun: amélioration des transports Paris/banlieue (prolongement du RER C jusqu'à la gare de la Verrière), maillage banlieue/banlieue, faciliter l'accès et le parking près des gares
  • fluidification et enfouissement en tranchée de la RN10 dans l'intérêt des usagers et des riverains
  • développement des circulations douces pour les courtes distances, notamment la sécurisation des accès à vélo des gares et des écoles
  • contournement de l'IDF pour le transit de marchandise
  • ferroutage pour les marchandises devant pénétrer dans l'IDF (meilleure utilisation des lignes de chemin de fer existantes)

    Notre territoire a toujours su être novateur dans les industries de pointe, de haute technologie, tout en sachant préserver ses espaces naturels.
    Nous devons le rester et développer la société de demain, avec des projets durables qui ne soient pas des projets du passé.

    Le prolongement de l'A12 n'est pas un projet de développement durable.



  • (c) Copyright Collectif contre l'A12
    Toute reproduction soumise à autorisation

    Plan du site - Mentions légales - Haut de page